3 Minutes Avec | Publié le

68, les Archives du pouvoir

« Emmanuel Couly reçoit Philippe Artières et Emmanuelle Giry d’après « Mai 68 dans les archives du pouvoir. » dans la Galerie du Parlement des Archives nationales.

Qu’il ait été contemporain ou non des événements, chacun s’en construit sa propre image. Mai-68 fascine, réjouit, repousse, irrite, avec ses dix millions de grévistes, sa jeunesse dans la rue, son service public à l’arrêt et son économie paralysée.

Mais la voix de l’État, elle, reste méconnue. Et pourtant, en ce printemps-là, le pouvoir gère cette crise sans précédent qui menace de le déstabiliser. Les archives donnent une lecture de l’événement à partir du bureau du président, des ministres, des préfets, des forces de l’ordre, des patrons, des partis : elles sont la trace de chacun de leurs gestes…

Des centaines de mètres linéaires de documents permettent de mesurer en creux ce que fut la contestation. Ils donnent à voir les rouages de l’État et l’ensemble des processus de décisions qui tentèrent d’enrayer les conflits. On y comprend comment un gouvernement réagit face à une grève générale, comment il s’efforce de fonctionner et d’imaginer des réponses politiques, sociales et répressives à mettre en œuvre. Télégrammes, fiches de surveillance des étudiants et des ouvriers, rapports de police, manuscrits de De Gaulle et de Pompidou, notes internes des ministères… constituent l’autre mémoire de 68. »

 

Par Une ville des livres.